Rapport moral 2018


Après un exercice 2017, première année d’existence d’Animal Mieux Être, de « rodage », pourrions-nous dire, l’exercice 2018 s’est caractérisé par une nette montée en puissance de l’action de notre association dont l’objet, rappelons-le, est de promouvoir, par tous moyens nécessaires, les synergies positives générées par une saine relation avec ces animaux familiers que sont notamment les chevaux. La vocation principale d’AME est de mettre ces synergies positives humain-animal au service de personnes en situation de handicap physique, psychologique et /ou psychique, permanent ou ponctuel, au travers d’activités de médiation équine…lesquelles ne sont, toutefois, pas réservées aux seules personnes en situation de handicap telle que couramment définie et peuvent être une pièce maîtresse du développement personnel de tout un chacun. Raison pour laquelle AME ouvre très largement ses portes.
Le propre des activités de médiation équine est d’être réalisées dans le cadre d’une relation triangulaire personne accompagnée-équidé médiateur pédagogique-médiateur humain et, ce, dans un contexte de non-jugement, de neutralité et d’impartialité. Elles s’appuient sur une Pédagogie aidée par le cheval (PAC) élaborée par nos soins sur une base ternaire[1], appropriée à notre structure, adaptée à chacun de nos équidés et constamment ajustée au public accueilli ; une PAC inspirée des directives de la Fédération internationale de thérapie et de relation d’aide par la médiation (FITRAM) et de la boîte à outils de l’organisation américaine Eagala (Equine assisted growth and learning association) et entièrement fondée sur le travail au sol (faisant d’AME un espace non concurrentiel des structures d’équithérapie) ayant pour objectif d’outiller la personne accompagnée de manière à ce qu’elle trouve ses marques dans le tissu social l’environnant et en devienne partie prenante/acteur. Une PAC s’appuyant, de surcroît, sur des travaux scientifiques tels que ceux réalisés en Californie par le Heart Maths Institute (cohérence cardiaque).
Animal Mieux Être fait dans le « cousu main ». Ses prestations de médiation équine reposent sur un projet individualisé, conçu en totale concertation avec la personne accompagnée (ou son représentant) pour une maximisation de l’enrichissement de sa vie personnelle et sociale (concept d’animalo-socio-pédagogie fondateur de l’association). Comparé à 2017, l’association a été confrontée, au fil des mois écoulés, à un éventail beaucoup plus large de situations de handicap (hyperactivité, schizophrénie, burn out, trisomie, dépression nerveuse, autisme…) auxquelles elle a été, globalement, en mesure de répondre en s’adonnant à maints travaux de recherche ; elle a ainsi amplifié son champ de connaissances et de compétences, et a pu parfaire sa Pédagogie aidée par le cheval. AME accompagne actuellement - avec l’aide de ses fidèles complices que sont Kiss, Chokolat, les ponettes, sœurs presque jumelles, Baraka et Bakarat, sans oublier les deux chiens du mas Popeye et Olive - 9 personnes en suivi régulier, dont 2 enfants de respectivement 4 et 13 ans et 7 adultes (leur âge allant de 23 à 59 ans). L’association peut se targuer de certains bons résultats ; la plupart des personnes accompagnées font, en effet, état d’un gain/regain de confiance en soi et d’une meilleure insertion sociale ; toutes ont acquis un savoir-faire avec les équidés et plusieurs un meilleur savoir-être avec les humains, clé de notre PAC qui a gagné ses lettres de noblesse en 2018, son efficacité étant reconnue par des organismes tels que l’Albe, l’APAJH66 ou Cohérence Réseau. Toutefois, AME ne dispose pas encore d’indicateurs de la qualité de ses prestations, ce à quoi nous remédierons en 2019 ; la définition de ces critères quantifiables vient de commencer.
L’action conduite au sein d’AME depuis maintenant deux années fait de nous un protagoniste novateur dans les Pyrénées orientales de la médiation équine, autrement appelée « équicie » par la Fédération Nationale Handi-Cheval (FNHC). Elle pourrait prendre valeur d’exemple en terre catalane si elle était légitimée par cette fédération auprès de qui nous avons entrepris une démarche. Ce qui ouvrirait plus largement les portes au dialogue avec le monde thérapeutique départemental sur les bénéfices de la médiation équine en tant qu’alternative curative et préventive ; un dialogue que nous avons encore bien du mal à instaurer…la gratuité de nos prestations ne plaidant peut-être pas en notre faveur ! Il n’est, cependant, pas à l’ordre du jour de faire fi de la philosophe de bénévolat animant AME : ouvrir les portes du mieux-être à des personnes à faible revenu et ainsi participer à la lutte contre les discriminations sociales et économiques dont sont encore victimes nombre de personnes en situation de handicap ; une philosophie qui a permis à l’association de bénéficier, en 2018, du soutien du Conseil départemental des Pyrénées orientales et de la ville de Saint André et qui lui vaut, par ailleurs, d’être reconnue d’intérêt général et d’utilité publique, soulignant ainsi le caractère philanthropique et social de son action.
Mais toute médaille ayant un revers, il ne s’agirait pas que nous soyons victime de notre succès. Notre audience s’accroissant (bouche à oreille, flyers…), de nouvelles demandes de services d’équicie nous parviennent, supposant de nouveaux investissements et donc de nouvelles dépenses. Gérée en « bonne mère de famille » très soucieuse de son budget, notre association conservera dans les mois à venir l’usus-fruit gracieux des structures équestres et des équidés (frais de leur gestion compris) du mas de l’Olivière, siège d’AME. Comme pour toute autre association, l’argent constitue l’un des nerfs de la guerre pour Animal Mieux Être, riche, en 2018, d’une dizaine d’adhésions de soutien supplémentaires constituant, aux côtés des dons reçus, une bouffée d’oxygène pécuniaire dont nous remercions les auteurs. Mais l’aspect financier n’est pas seul au cœur de nos préoccupations. C’est, plus encore, sur le potentiel en ressources humaines dont dispose l’association pour délivrer les services d’équicie qu’une ombre plane. À l’heure actuelle, l’animation des séances de médiation équine (170 pour 2018 contre 80 en 2017) repose à 90% sur les épaules de votre présidente. Nous aurons, en conséquence, une action à mener pour intéresser de nouveaux intervenants, voire essaimer, et être en mesure de continuer sur notre lancée tout en conservant son caractère familial à notre structure. Des mains se sont déjà levées. Espérons qu’il y en aura d’autres.
Nos accomplissements sur le très jeune parcours qui est le nôtre, énumérés dans le rapport d’activité ci-après présenté, constituent une réelle performance à laquelle chaque membre d’AME a concouru, chacun à sa manière, à la hauteur de ses moyens. Que tous soient ici chaleureusement remerciés pour leur contribution qui assied la dynamique de notre association que nous souhaiterions voir devenir vôtre.
Présidente d’Animal Mieux Être

[1] Les trois éléments clés de cette pédagogie sont : la valorisation de la personne ; l’aide à la prise de conscience et à la résurgence de son potentiel enfoui ; l’apprentissage/développement de nouvelles acquisitions émotionnelles, cognitives, gestuelles et relationnelles avec pour finalité un regain de confiance en soi et d’estime de soi.